Spondylarthrite ankylosante

Les spondylarthropathies axiales font partie des maladies rhumatismales inflammatoires. Ce terme regroupe diverses maladies inflammatoires de la colonne vertébrale. La spondylarthrite ankylosante, aussi appelée maladie de Bechterew, est un représentant bien connu de ce groupe de maladies.

Les maladies inflammatoires de la colonne vertébrale en bref

On recense en Suisse plus de 200 maladies distinctes de l’appareil locomoteur. La spondylarthrite ankylosante, qui se caractérise par une inflammation permanente de la colonne vertébrale, en fait partie. Cette inflammation est le résultat d’une attaque de l’organisme déclenchée par son propre système immunitaire. Non traitée, la maladie est très douloureuse, car la colonne vertébrale subit des déformations. Il existe cependant de bonnes options de traitement qui permettent aux patients de vivre pratiquement sans symptômes.

Que sont les maladies inflammatoires de la colonne vertébrale?

Dans les maladies inflammatoires chroniques de la colonne vertébrale, les mécanismes endogènes de défense agissent contre les tissus osseux et cartilagineux. Il en résulte des inflammations dans toute la colonne vertébrale ainsi qu’au niveau de l’articulation sacro-iliaque. Elles se distinguent typiquement par des douleurs au niveau du bas du dos persistant au-delà de trois mois ainsi que par une raideur de la colonne vertébrale lombaire. Ces deux phénomènes se développent surtout au cours de la deuxième moitié de la nuit et lors des premières heures du matin, puis s’améliorent en cours de journée sous l’effet du mouvement. L’intensité des symptômes est variable, allant de légère à très forte, et pouvant dans certains cas conduire à une ossification et une raideur permanentes.

D’autres articulations, ainsi que les insertions tendineuses, les ligaments, la peau, les yeux et l’intestin peuvent aussi être touchés. Les deux maladies évoluent par poussées avec des phases intermittentes sans plaintes ni douleurs. Une grande différence est à relever: les dorsalgies inflammatoires typiques de la spondylarthrite ankylosante conduisent à des modifications osseuses au niveau de la colonne vertébrale, visibles à la radiographie.

Quelles sont les causes de la spondylarthrite ankylosante?

Les causes exactes du développement des maladies inflammatoires de la colonne vertébrale demeurent inconnues. Les spécialistes supposent qu’un dysfonctionnement du système immunitaire est à l’origine de la maladie.

De quels symptômes souffrent les personnes concernées?

Au stade précoce, les symptômes sont souvent peu spécifiques, de sorte qu’il s’écoule en général une période relativement longue avant le diagnostic de la maladie. Voici les signes typiques:

  • Douleur dorsale intense au bas du dos avec un pic de douleur le matin
  • Apparition progressive, avant l’âge de 45 ans
  • Fatigue
  • Présence des plaintes depuis plus de trois mois
  • Raideur dorsale le matin, persistant jusqu’à 30 à 45 minutes après le lever
  • Amélioration des plaintes avec le mouvement
  • Apparition soudaine d’une maladie telle qu’une iritis (inflammation de l’iris), une uvéite (inflammation de l’uvée), un psoriasis ou une inflammation de l’intestin

Comment diagnostique-t-on la spondylarthrite ankylosante?

Outre un entretien détaillé et un examen médical approfondi, les rhumatologues peuvent avoir recours à des techniques d’imagerie comme la radiographie ou l’imagerie à résonance magnétique (IRM) pour confirmer une suspicion de SpA. Comme la maladie se manifeste différemment pour chaque personne, après le diagnostic, le médecin proposera un programme thérapeutique personnalisé et prescrira le traitement correspondant.

Quelles sont les options de traitement?

Le traitement médicamenteux est le fondement de la thérapie. On a notamment recours aux analgésiques et aux traitements de fond qui servent à inhiber la réaction immunitaire endogène. Les médicaments modernes, à l’image des médicaments biologiques, agissent directement dans le processus inflammatoire et le stoppent. Par ailleurs, l’exercice physique, la physiothérapie et l’ergothérapie ainsi qu’une alimentation saine contribuent également de façon déterminante à maîtriser l’inflammation chronique et les douleurs et à prévenir les lésions permanentes.

Peut-on guérir la maladie?

Les maladies inflammatoires de la colonne vertébrale sont à ce jour incurables. Les patients supportent la maladie tout au long de leur vie. Le traitement, mis au point à l’aide de médicaments innovants, vise à stopper les lésions osseuses, tendineuses et cartilagineuses.
De plus amples informations sur les maladies inflammatoires de la colonne vertébrale sont disponibles sur https://www.bechterew.ch/fr/page-d-accueil/.