Polyarthrite rhumatoïde

Le rhumatisme a de nombreux visages! En Suisse, environ 70000 personnes souffrent de polyarthrite rhumatoïde. La polyarthrite rhumatoïde est une forme particulière de rhumatisme qui se caractérise par des inflammations dans les articulations. Elle provoque entre autres des gonflements et des douleurs.

La polyarthrite rhumatoïde en bref

En Suisse, près de deux millions de personnes souffrent de rhumatismes. La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une forme particulière de rhumatisme. Elle est aussi connue sous le nom de polyarthrite chronique. Lors d’une PR, le corps d’une personne devient la cible de son propre système immunitaire. La conséquence est une inflammation des articulations. Non traitée, cette inflammation persistante détruit les articulations et il en résulte des déformations des doigts et des orteils ainsi qu’une perte fonctionnelle. Le rhumatisme inflammatoire est à ce jour incurable, ce qui signifie que cette maladie accompagne les personnes concernées pendant toute leur vie. Mais, il existe des options de traitement relativement efficaces.

Qu’est-ce que la polyarthrite rhumatoïde?

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est communément désignée comme une maladie auto-immune: le système immunitaire d’un individu réagit contre son propre corps et déploie une «attaque contre lui-même». Il déclenche des inflammations dans certaines parties des articulations et notamment dans la membrane synoviale, la membrane qui tapisse l’intérieur de l’articulation.

Quelles sont les causes de la polyarthrite rhumatoïde?

Les causes exactes du développement de la polyarthrite rhumatoïde demeurent inconnues. Les spécialistes supposent qu’un dysfonctionnement du système immunitaire est à l’origine de la maladie.

De quels symptômes souffrent les personnes concernées?

Un signe typique de la polyarthrite rhumatoïde est une attaque symétrique des articulations des deux côtés du corps, par exemple deux annulaires enflés. Les doigts gonflés sont également sensibles à la douleur et à la pression. Ces gonflements apparaissent sans aucune blessure préalable. En outre, les articulations touchées sont raides le matin. Par la suite, grâce au mouvement, elles redeviennent plus souples. En raison de l’inflammation, certaines valeurs biologiques peuvent également être augmentées.

Comment diagnostiquer la polyarthrite rhumatoïde?

Si une articulation est enflée et douloureuse pendant plus de six semaines, il faut consulter un médecin. Le rhumatologue établit le diagnostic après un examen physique et un entretien approfondi sur les antécédents médicaux du patient. De plus, les tests en laboratoire et des radiographies aident à établir le diagnostic. 

Quelles sont les options de traitement?

Chaque personne réagissant différemment à la maladie, le médecin doit également déterminer le traitement de manière individuelle. Dans la mesure du possible, il est recommandé d’instaurer un traitement rapidement: un diagnostic précoce et un traitement instauré rapidement sont cruciaux pour éviter autant que possible des lésions permanentes ou pour prévenir leur apparition. Grâce aux médicaments adaptés et à quelques mesures de soutien, il est possible de soulager les symptômes et d’améliorer la qualité de vie.

Traitement médicamenteux

Le traitement des maladies rhumatismales inflammatoires chroniques repose actuellement sur cinq groupes principaux de médicaments qui sont en général combinés les uns aux autres de différentes manières. Il s’agit des classes de médicaments ci-dessous:

  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Ils soulagent les douleurs et inhibent l’inflammation. Les AINS sont en général les premiers médicaments auxquels on a recours après le diagnostic. Leur effet se déploie en général rapidement (en l’espace de quelques heures).
  • Cortisone: elle a un effet anti-inflammatoire puissant et agit donc aussi favorablement sur les douleurs. L’effet des corticoïdes se déploie en général rapidement (en l’espace de quelques heures).• Analgésiques: si la maladie est très prononcée et qu’elle provoque des douleurs intenses, d’autres analgésiques peuvent être utilisés en plus des AINS.
  • Traitements de fond: les traitements de fond tels que le méthotrexate, la sulfasalazine ou le léflunomide inhibent la réponse immunitaire de l’organisme dirigée contre les articulations et réduisent ainsi l’inflammation.
  • Les médicaments biologiques agissent sur les substances messagères du système immunitaire comme par exemple le facteur de nécrose tumorale ou les interleukines. Ils inhibent ces substances pour qu’elles ne puissent plus transmettre de signaux.
  • Autres classes de substances: les Janus kinases (JAK) sont également suspectées de désorienter le système immunitaire. Les inhibiteurs de JAK empêchent eux aussi la transmission de signaux et stoppent ainsi l’inflammation et les lésions tissulaires. 

Peut-on guérir la polyarthrite rhumatoïde?

Il n’est à ce jour pas possible de guérir la PR. Le traitement vise donc surtout à éliminer autant que possible les signes de la maladie et les symptômes associés. 

De plus amples informations sur la polyarthrite rhumatoïde sont disponibles sur https://www.ligues-rhumatisme.ch/rhumatismes-de-a-a-z/arthrite?